Blog

Que sont les “motifs sombres” dans les bannières de cookies et comment trompent-ils les utilisateurs ?

De nombreux sites web utilisent des motifs sombres – dark patterns en anglais, pour inciter les utilisateurs à accepter les traceurs et cookies. Mais que sont les motifs sombres ? Et comment pouvez-vous concevoir légalement votre bannière de cookies pour améliorer vos taux de consentement ? Jetons un coup d’œil.

Le 9 août 2022, l’organisation de protection de la vie privée NOYB (None Of Your Business) a déposé 226 plaintes officielles contre des entreprises européennes.

Encore une fois, les plaintes visaient l’utilisation de « motifs sombres » dans les bannières de consentement de cookies.

C’est la troisième fois que NOYB remplit les boîtes mail des autorités européennes de protection des données avec des plaintes concernant les méthodes illégales de collecte des consentements de cookies.

Mais que sont les motifs sombres ? Et comment sont-ils utilisés dans les bannières de cookies pour tromper et inciter les utilisateurs à donner leur consentement ?

Dans cet article, nous allons vous montrer quel type de bannière de cookies est légal – et ce qui ne l’est pas.

Nous examinerons en détail ce qui suit :

Votre bannière de cookie utilise-t-elle des motifs sombres, sans même que vous le sachiez ?

Nous pouvons vérifier la bannière de cookies de votre site web. C’est gratuit et sans engagement de votre part.

Que sont les motifs sombres ?

Les motifs sombres trompent essentiellement les utilisateurs. Ils sont utilisés par les sites web comme technique de conception d’interface utilisateur, conçus pour induire en erreur ou influencer les actions des utilisateurs.

L’un des exemples les plus populaires est le Roach Motel.

Disons que vous voulez en tant qu’utilisateur de vous désabonner d’une liste de newsletters. Vous cherchez donc le bouton de désabonnement, mais il est difficile de le trouver. Le bouton peut être très petit ou caché là où vous ne pensez pas à chercher.

Un autre exemple – vous souhaitez supprimer votre compte Amazon. C’est possible, oui. Mais le chemin est long et sinueux, rempli d’obstacles et caché au fond de la myriade de sous-pages d’Amazon. Facile de rentrer, dur de sortir.

Lorsque vous rencontrez cela, c’est un indicateur fort que l’entreprise met activement des obstacles entre vous et votre action souhaitée : dans ce cas l’annulation.

Mais les motifs sombres sont aussi des astuces utilisées pour vous pousser à faire des choses que l’entreprise veut ; par exemple, pour acheter une version spécifique d’un produit ou pour accepter les cookies.

Le terme « Dark Patterns » a été utilisé pour la première fois par Harry Brignull en 2010. Il s’agissait de définir des techniques de conception et de marketing délibérément destinées à obliger l’utilisateur à faire quelque chose de spécifique, quelque chose qu’il ne voulait peut-être pas faire.

Les motifs sombres (aussi appelés « dark patterns ») sont des astuces utilisées dans les sites web et les applications qui vous obligent à faire des choses que vous ne vouliez pas faire, comme acheter ou vous inscrire à quelque chose.

Ce sont des conseils destinés à exploiter le comportement humain sur le site pour atteindre le résultat souhaité: vente, l’inscription, vente incitative.

Et vous êtes exposé à ces modèles chaque jour.

Un endroit où vous voyez de nombreux motifs sombres, sont des bannières de cookies.

Mais comment fonctionnent les motifs sombres ?

Jetons un coup d’œil aux motifs sombres dans les bannières de cookies.

Que sont les motifs sombres dans les bannières de cookies ?

Les motifs sombres dans les bannières de cookies sont courants et peuvent empêcher les utilisateurs de donner un consentement valide au RGPD.

Les motifs sombres ont un seul but : recueillir autant de consentements aux cookies que possible.

Ceci est souvent fait en rendant difficile pour l’utilisateur de refuser le consentement aux cookies.

L’utilisation de motifs sombres peut donc empêcher l’utilisateur de donner « un consentement libre, éclairé, spécifiques et univoque » (RGPD, considérant 32).

Examinons les différents types de motifs sombres utilisés dans les bannières de cookies et pourquoi ils ne sont pas considérés comme un consentement valide.

Les types de motifs sombres dans les bannières de cookies

Entre 2021 et 2022, l’organisation autrichienne de défense de la vie privée NOYB a déposé plus de 1000 plaintes officielles auprès des autorités européennes de protection des données sur l’utilisation par les entreprises de motifs sombres dans les bannières de cookies.

Voici quelques-unes de leurs définitions de motifs sombres :

1) Pas de bouton de rejet dans la bannière de cookies

La plupart des bannières de cookies n’utilisent toujours qu’un seul bouton : « Accepter ».

Ces bannières ne donnent pas aux utilisateurs la possibilité de rejeter les cookies. Ils supposent simplement que si vous utilisez leur site web, vous acceptez les cookies et la collecte de données personnelles.

Cette conception n’est pas considérée comme un consentement valide en vertu du RGPD. L’utilisateur n’a aucun moyen de refuser les cookies ; par conséquent, le consentement n’est pas donné librement.

–> Pour que le consentement soit valide, la bannière de cookies doit inclure un bouton de rejet au premier plan de la bannière.

Une bannière de cookies utilisant des motifs sombres. Il n'y a pas de bouton de rejet dans la bannière et l'utilisateur est obligé d'accepter les cookies.
L'utilisateur ne peut pas refuser les cookies et est obligé d'accepter. Non conforme au RGPD.

2) Cases à cocher

Le consentement doit être éclairé. C’est pourquoi les bannières de cookies doivent inclure des cases à cocher dans leur conception, afin que l’utilisateur puisse choisir de donner son consentement aux cookies fonctionnels, statistiques ou marketing.

Ces cases à cocher doivent être « décochées » par défaut.

Dans le RGPD, le consentement est l’option d’adhésion – ce que l’utilisateur choisit de donner.

L’utilisation de cases pré-cochées pour différents types de cookies a été jugée non conforme au RGPD par la Cour de justice européenne en octobre 2019.

Une bannière de cookies utilisant des motifs sombres. Les cases à cocher pour les types de cookies sont toutes présélectionnées, ce qui n'est pas considéré comme un consentement.
La bannière a présélectionné des types de cookies pour l'utilisateur, ce qui n'est pas considéré comme un consentement valable.

3) Lien vers les paramètres au lieu d’un bouton de rejet

Une autre caractéristique courante est le bouton « Paramètres ». De nombreuses bannières de cookies comprennent un bouton « Paramètres » au lieu d’un bouton de rejet.

Le bouton vous amène au deuxième plan de la bannière de cookies, où vous pouvez très probablement refuser de donner votre consentement.

C’est l’un des modèles qui introduit « plus de clics » pour rejeter les cookies.

Les utilisateurs ont tendance à choisir le chemin le moins résistant et choisissent donc d’accepter de cliquer le moins possible.

Une bannière de cookies utilisant des motifs sombres. Le bouton de rejet est caché derrière un bouton de paramètres et l'utilisateur doit cliquer plusieurs fois pour rejeter les cookies.
Si l'utilisateur souhaite rejeter les cookies, il doit d'abord cliquer sur les paramètres, puis trouver un bouton de rejet.

4) Des couleurs contrastées

Bien que la conception des couleurs ne soit jamais mentionnée ni dans la directive ePrivacy ni dans le RGPD, l’utilisation de couleurs contrastées élevées et faibles est largement utilisée dans les bannières de cookies.  
Une bannière de cookie utilisant des motifs sombres. Le bouton de rejet est presque invisible mais le bouton d'acceptation est mis en évidence.

5) Utilisation de l’intérêt légitime

L’utilisation de l’intérêt légitime est un autre motif sombre commun que l’on retrouve sur de nombreux sites web qui utilisent des plateformes de gestion des consentements.

En tant qu’utilisateur, on vous demande sur une page de donner ou de refuser votre consentement.

Si vous refusez le consentement, vous constaterez seulement que sur une autre page, le site web revendique l’intérêt légitime de ses vendeurs à utiliser des cookies.

Un utilisateur peut vouloir rejeter tous les cookies et traceurs, mais il est induit en erreur par les paramètres par défaut « Consentement » et « Intérêt légitime » de la bannière. L’utilisateur doit rejeter les cookies à deux endroits différents et peut-être pour chacun des centaines de vendeurs. Cela représente des centaines de clics pour rejeter les cookies, mais un seul pour les accepter.

Une bannière de cookies utilisant des motifs sombres. Certains sites web utilisent à la fois le consentement et l'intérêt légitime, avec un design déroutant, de sorte que les utilisateurs finissent par accepter les cookies.

6) Définir les cookies marketing comme des cookies essentiels

Les entreprises peuvent prétendre que certains cookies de marketing sont essentiels à leur entreprise. Cela se comprend.

Mais pour les lois sur la vie privée comme le RGPD, la plupart des données que les cookies collectent de nos jours sont considérées comme des données personnelles.

Et ces données nécessitent un consentement.

Des outils comme Google Analytics, Pixel de Facebook ou la balise d’aperçu de LinkedIn (et bien d’autres) ne sont pas nécessaires pour que les sites web fonctionnent. Ils recueillent également des renseignements personnels sur les utilisateurs. Par conséquent, vous êtes tenu de recueillir le consentement pour les utiliser.

Une bannière de cookies utilisant des motifs sombres. Certains sites web prétendent que les cookies marketing sont essentiels alors qu'ils ne sont pas nécessaires au fonctionnement du site web.
Pour la plupart des entreprises, les données sont essentielles. Mais la plupart des cookies ne sont pas considérés comme essentiels. C'est un motif sombre que de déclarer les cookies marketing comme essentiels.

7) Il n’est pas facile de retirer son consentement

Certains sites Web rendent aussi difficile la modification ou le retrait du consentement des utilisateurs. C’est un exemple classique. Nous avons également vu ce modèle avec le processus d’Amazon pour supprimer un compte.

Rendre assez difficile pour l’utilisateur d’effectuer une action désirée le poussera à abandonner sa quête

Pourquoi les motifs sombres sont-ils si efficaces sur le consentement des cookies ?

Psychologie humaine!

Ces tactiques peuvent être très efficaces. La plupart du temps, nous ne les remarquons même pas.

Comme nous en avons discuté, ces tactiques sont largement utilisées dans les bannières de cookies.

Imaginez que vous allez sur un site web et vous voyez la bannière de cookies, avec un simple clic sur le bouton vert en surbrillance, vous pouvez accepter tous les cookies.

Ou vous pouvez cliquer sur « paramètres », lire ce qui ressemble à un roman sur la façon dont ils utilisent les cookies et désélectionner une série de cases présélectionnées avant de pouvoir enfin rejeter les cookies.

Qu’est-ce que vous pouvez faire ?

Vous êtes venus pour le contenu du site web, et vous voulez voir ce contenu dès que possible. De préférence avant de perdre l’intérêt ou d’oublier pourquoi vous êtes entré sur le site.

Vous choisissez par conséquent le chemin le plus court en acceptant tous les cookies, pour ensuite visionner le contenu.

De nombreuses bannières de cookies jouent sur cela. Un clic pour voir le contenu contre de nombreux clics pour rejeter les cookies.

C’est pourquoi des lois comme le RGPD, le CCPA californien et bien d’autres précisent ce à quoi ressemble un consentement valide.

Le consentement est une question de oui ou de non et il devrait être aussi facile de refuser les cookies qu’il est d’accepter.

Mais qu’est-ce que le RGPD dit vraiment sur les motifs sombres ?

RGPD et motifs sombres

Que dit le RGPD sur les motifs sombres ?

Rien vraiment.

Mais cela en dit long sur ce qu’est le consentement et à partir de là, bon nombre des techniques de motifs sombres sont devenues illégales.

Les motifs sombres utilisés dans les bannières de cookies affectent souvent la vie privée des utilisateurs.

Cela signifie qu’ils entrent en conflit avec les lois sur la protection de la vie privée comme le Règlement général européen sur la protection des données (RGPD) ou la Loi californienne sur la protection de la vie privée des consommateurs (CCPA).

Ces deux lois sur la protection de la vie privée sont parmi les plus strictes au monde en ce qui concerne le traitement légal des données personnelles.

La plupart des données personnelles collectées et traitées par les cookies relèvent du RGPD et du CCPA. Et dans la plupart des cas, les entreprises doivent utiliser le consentement comme base légale pour la collecte et le traitement de ces données.

Bon nombre des motifs sombres que nous avons vus ci-dessus entrent en conflit avec la définition de consentement valide du RGPD.

Consentement défini par le RGPD

"Le consentement est défini comme « toute manifestation de volonté, libre, spécifique, éclairée et univoque par laquelle la personne concernée accepte, par une déclaration ou par un acte positif clair, que des données à caractère personnel la concernant fassent l'objet d'un traitement

(...)

Le silence, les cases pré-cochées ou l'inactivité ne doivent donc pas constituer un consentement."

Avec ces motifs sombres, les utilisateurs ne peuvent pas librement choisir d’accepter ou de rejeter les cookies lorsque la conception est faite intentionnellement pour tromper l’utilisateur.

Des études récentes ont montré que ces tendances sont largement utilisées en Europe.

En 2019, en examinant un échantillon de 1000 des sites web européens les plus populaires, des chercheurs allemands ont trouvé que 57,4 % utilisent l’incitation pour pousser les utilisateurs à donner leur consentement aux cookies.

Et en 2020, des chercheurs danois et américains ont étudié les effets de ces tendances après le RGPD. Ils ont constaté que des motifs sombres et le consentement implicite étaient partout. En fait, seulement 11,8 % des sites web les plus populaires au Royaume-Uni répondaient aux exigences minimales du RGPD en matière de consentement.

À l’appui de ces conclusions, des chercheurs français qui se penchent sur la conception de bannières de cookies ont constaté que 47 % des sites web incitent les utilisateurs à accepter les cookies en présélectionnant les types de cookies. 7 % n’ont même pas donné aux utilisateurs la possibilité de refuser les cookies.

Cette utilisation généralisée de motifs sombres a bien sûr attiré l’attention des autorités européennes de protection des données.

Nous avons vu la CNIL infliger de lourdes amendes à Google, Facebook et Amazon pour avoir manipulé le consentement aux cookies et des politiques de confidentialité difficiles à comprendre.

Une grande partie de l’attention portée aux motifs sombres peut être attribuée à NOYB. L’organisation a déposé moins de 1000 plaintes officielles auprès des autorités européennes de protection des données sur l’utilisation illégale de motifs sombres par les entreprises.

Ils ont constaté que de nombreux sites web européens utilisent encore des motifs sombres pour inciter les utilisateurs à donner leur consentement aux cookies. La caractéristique la plus courante était de ne pas afficher un bouton de rejet au premier plan de la bannière de cookies. Les utilisateurs devaient cliquer « plus d’une fois » pour rejeter les cookies, mais un seul clic pour accepter.

Comment optimisez-vous vos taux de consentement sans utiliser de motifs sombres ?

Lorsque vous utilisez des cookies sur votre site web, il est important que vous obteniez un consentement valide de vos utilisateurs.

Ainsi, vous respectez leur vie privée et respectez les réglementations de confidentialité des données comme le RGPD et la directive ePrivacy (la « loi européenne sur les cookies »).

Liste de contrôle pour la collecte
de consentements valides des cookies

Cookie Information peut vous aider avec tout cela. Vous souhaitez savoir comment faire ?

Mais comment optimisez votre bannière pour recueillir les consentements?

Une des questions que nous obtenons beaucoup ici à Cookie Information est:

« Puis-je utiliser différentes couleurs dans mes boutons « accepter/rejeter »?

Oui, mais soyons prudents.

La CNIL recommande de s’assurer que les bannières de recueille de consentement n’intègrent pas des pratiques de design trompeuses comme : bouton décoloré, barre de défilement (« slide bar ») difficilement compréhensible, etc.

Motifs-sombres-dans-les-bannières-de-cookies-
Les motifs sombres sont utilisés dans de nombreuses bannières de cookies. C'est pourquoi nous voyons beaucoup de bannières de cookies différentes.

Que pouvons-nous en conclure?

Si vous voulez inclure les couleurs de votre entreprise dans votre bannière de cookies ou si vous voulez donner à votre bouton accepter une couleur verte et le bouton rejeter une couleur rouge, cela semble être en accord avec les lignes directrices.

*À noter : Chaque cas sur lequel les autorités de protection des données enquêtent est basé sur leur interprétation de la bannière de cookies et de la législation.

Comment obtenir une bannière de cookies conforme au RGPD

Cookie Information est un fournisseur européen de bannières de cookies conformes avec un taux élevé d’acceptation.

Pourquoi?

Parce que :

  • La conception de votre bannière de cookies sera transparente avec toutes les informations nécessaires.
  • Nous testons la conception, les textes, les boutons et l’emplacement des bannières et vous offrons les meilleures pratiques les plus récentes.
  • Vous êtes toujours au courant de la législation actuelle.

Tout cela en restant conforme à la réglementation GDPR. Donc, vous n’avez pas besoin de motifs sombres.

Inscrivez-vous et essayez la bannière de cookies conforme au RGPD de Cookie Information.

Commencez ici

Vous obtenez 30 jours complètement gratuit. Dans ces 30 jours, vous obtenez la conformité + taux d’adhésion élevés.

Nous vous donnons Google Consent Mode par défaut dans votre bannière de cookies.

Ne manquez jamais l’analyse de données précieuses sur le trafic du site web et les conversions de Google Ads. Le mode Consentement vous fournit des données anonymes sur tous ceux qui rejettent les cookies, afin que vous puissiez prendre des décisions éclairées concernant les pages, les publications et les campagnes.

Essayez Cookie Information aujourd’hui [30 jours gratuitement].

Types de motifs sombres

Les motifs sombres se présentent sous de nombreuses formes. Voici quelques-unes des plus utilisées.

Questions pièges

Vous remplissez un formulaire et répondez à une question qui vous fait croire qu’elle demande une chose, mais qui, si vous la lisez attentivement, demande autre chose.

Sneaking into basket (Ajout furtif)

Lorsque vous essayez d’acheter quelque chose, parfois le vendeur ajoute des articles supplémentaires à votre commande grâce à des boutons de désactivation ou des cases à cocher sur les pages précédentes.

Roach Motel (Obtruction)

Il est facile de créer un compte ou de s’inscrire à une newsletter, mais il est difficile d’annuler le compte ou de se désabonner. C’est donc rendre certaines actions plus difficiles que nécessaire afin de décourager l’utilisateur.

Confidentialité zuckering

On vous incite à partager publiquement plus d’informations sur vous-même que vous ne le souhaitiez. Le motif porte le nom de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook.

Prévention des comparaisons de prix

Le vendeur rend difficile de comparer le prix d’un article avec un autre, de sorte que vous pourriez ne pas savoir si vous payez un juste prix.

Misdirection (Détourner l’attention)

La conception attire votre attention sur une chose, de sorte que vous ne remarquez pas un autre. C’est donc l’utilisation de visuels, d’éléments de langages ou de réactions émotionnelles pour orienter les usagers vers un choix plutôt qu’un autre.

Hidden costs (Coûts cachés)

Lorsque vous arrivez à la dernière étape du processus de paiement, vous pourriez être surpris de découvrir certains frais imprévus comme les frais de livraison, les taxes, etc.

Appât et interrupteur

Vous essayez de faire une chose et malheureusement, une chose différente et indésirable se produit à la place.

Confirmshaming (Culpabilisation)

Pousser l’utilisateur à opter pour quelque chose. L’option de refuser est formulée de manière à humilier l’utilisateur dans la conformité. C’est une tendance conformiste pour accélérer la prise de décision et le passage à l’achat.

Disguised ads (Pub camouflée)

Des annonces qui ressemblent à d’autres types de contenu, comme des publications d’amis, pour vous inciter à cliquer dessus.

Continuité forcée

Lorsqu’une période d’essai gratuite se termine et que votre carte de crédit commence à être débitée sans avertissement. Parfois, il est encore pire en rendant difficile d’annuler l’adhésion.

Friend spam (Spam d’amis)

Un produit peut vous demander votre email ou vos comptes sur les réseaux sociaux, puis envoie des spams à tous vos contacts en prétendant qu’ils viennent de vous.

La FAQ sur le nudging, les motifs sombres et le consentement aux cookies

“Puis-je utiliser un bouton vert dans ma bannière de cookies ?”

Nous recevons beaucoup de questions sur ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire dans votre bannière de cookies. Ce qui est légal et ce qui ne l’est pas.

Voici les questions les plus fréquentes sur les motifs sombres et l’utilisation des couleurs, des textes, des boutons et bien d’autres éléments.

Pour que le consentement soit valide en vertu du RGPD, il doit être libre, éclairé, spécifiques et univoque Cela signifie que le consentement est :
  • une question de oui et de non (librement donné).
  • basé sur des informations sur ce à quoi vous consentez (éclairé).
  • donné spécifiquement à chaque finalité du traitement des données, comme les cookies fonctionnels, statistiques et de marketing (spécifique).
  • clairement décrite, de sorte que l’utilisateur ne puisse pas douter qu’il donne son consentement (univoque).
En ce qui concerne les bannières de cookies, la plupart des autorités européennes de protection des données interprètent le RGPD comme suit :
  • l’utilisateur doit pouvoir rejeter le consentement (bouton de rejet dans la bannière de cookies).
  • le consentement ne doit pas être implicite. Faire défiler, glisser, simplement utiliser le site n’est pas considéré comme un consentement valide. 
  • les cases à cocher doivent être utilisées pour recueillir un consentement spécifique et doivent être décochées par défaut.

Oui, vous pouvez utiliser deux couleurs différentes pour “Accepter” et “Refuser”. Rien dans la directive “vie privée et communications électroniques” ni dans le RGPD n’indique spécifiquement que vous ne pouvez pas utiliser une couleur verte pour le bouton “Accepter” ou rouge pour le bouton “Refuser”.

Tant que votre bannière ne trompe pas ou n’incite pas vos utilisateurs à consentir (Accepter) en utilisant un faible contraste entre le texte et la couleur de fond du bouton (par exemple, Gris sur blanc ou quelque chose qui est difficile à lire).

La directive “vie privée et communications électroniques” et le RGPD ne prévoient pas de règles spécifiques concernant la taille des boutons. Mais la plupart des autorités européennes de protection des données soulignent dans leurs lignes directrices sur les cookies que les boutons pour “Accepter” et “Refuser” doivent avoir le même poids (taille).  
Oui ! Et il doit être placé dans la bannière de cookies, juste à côté du bouton “Accepter” et non pas caché derrière “Paramètres”, “Préférences” ou “Détails”. Cependant, les différentes autorités européennes de protection des données ont des opinions différentes sur ce point, alors vous pouvez vérifier votre directive locale sur les cookies via le lien suivant: Lien : Réglementations et cadres Le point à retenir ici des lignes diretrices de la CNIL est: ‘Les utilisateurs doivent pouvoir refuser les cookies (cliquer sur « Non »)’.
Oui. Vous pouvez choisir d’écrire “Accepter”, “Accepter tout”, “OK” ou autre chose. Tant que les utilisateurs savent clairement ce qu’ils choisissent. “Accepter” et “Refuser” sont les formulations les plus courantes dans les bannières conformes. Si vous écrivez “Accepter” et “Accepter tout” en supposant que les utilisateurs savent que “Accepter” signifie uniquement accepter les cookies non essentiels et que “Accepter tout” signifie accepter tous les cookies, alors cela devient confus. Si vous avez l’intention de créer de la confusion, alors c’est un motif sombre.
Non ! En 2019, la Cour de justice de l’Union européenne s’est prononcée contre le site de loterie allemand Planet49 et ses pratiques en matière de confidentialité. La cour a déclaré qu’il n’était pas légal de présélectionner les cases à cocher pour des types de cookies spécifiques (fonctionnels, statistiques, marketing). L’utilisateur doit opter pour des types de cookies spécifiques, et non les désélectionner.
Le consentement doit être éclairé. Par conséquent, votre bannière de cookies doit au minimum contenir des informations sur :
  • Votre utilisation des cookies.
  • Quel cookie vous utilisez.
  • Quelles sont les données qu’ils collectent.
  • Qui est propriétaire des cookies.
  • Combien de temps les cookies sont conservés.
  • Comment les utilisateurs acceptent/rejetent et retirent leur consentement.
Que vous écriviez : “Nous utilisons des cookies” ou “Vous contrôlez vos données” n’a pas d’importance (mais faites un test A/B). Ce qui importe, c’est que vous soyez transparent sur la collecte et le traitement des données. Et que votre texte soit rédigé dans un langage simple et facile à comprendre. Une bonne plateforme de gestion du consentement vous fera automatiquement une politique de cookies mise à jour et importera ces informations dans votre bannière de cookies.
Oui, vous devez demander le consentement. En ce qui concerne les cookies, l’intérêt légitime (RGPD) n’est pas une alternative au consentement. Nous voyons des bannières de consentement utilisant l’intérêt légitime comme base légale pour l’utilisation des cookies, mais le consentement est toujours requis en vertu de la directive ePrivacy. L’intérêt légitime peut être utilisé lorsque vous avez une raison légitime de traiter les données personnelles d’une personne, par exemple, un nom et une adresse pour une livraison de pizza (on ne peut pas livrer la pizza sans adresse). Mais utilisez toujours le consentement lorsque vous traitez des données que vos utilisateurs doivent vous autoriser à utiliser (adresse IP, DeviceID). Un DeviceID n’est pas nécessaire pour que votre site web fonctionne.
Cookie Information ne recommande pas l’utilisation du cadre de transparence et de consentement (TCF) de l’IAB pour le moment. En janvier 2022, l’autorité belge de protection des données a déclaré le TCF en violation du RGPD. L’affaire est toujours en cours. La solution de consentement de Cookie Information ne repose pas sur le TCF et est donc entièrement conforme au RGPD.
Pour votre entreprise, oui ! Pour le fonctionnement de votre site web, non. Les cookies de Google Analytics (_ga) ne sont pas considérés comme des cookies essentiels. Les cookies de Google Analytics nécessitent un consentement car ils collectent et traitent encore beaucoup d’informations personnelles sur votre utilisateur. Selon le RGPD, vous devez obtenir un consentement valide pour collecter ces données. Mais je ne collecte pas de données ! Mais Google le fait ! Facebook le fait. Amazon le fait. Voici comment cela fonctionne. Vous utilisez Google Analytics. Google Analytics installe des cookies sur votre site web, afin que vous puissiez voir combien de personnes visitent votre site, quelles pages sont lues, etc. Google collecte un grand nombre de données pour vous donner ces mesures. Adresse IP, géolocalisation, DeviceID, etc. Il s’agit de données personnelles au sens du RGPD. Même si vous ne les voyez jamais et ne pouvez jamais identifier quelqu’un. Et vous êtes le contrôleur des données en vertu du RGPD, donc la responsabilité de la collecte du consentement vous incombe. Voici comment Google utilise les cookies
Oui. Nous vous encourageons à tester le texte et les boutons de votre bannière. Dans notre solution, vous pouvez faire des tests A/B et voir les résultats après quelques jours. Prenez en considération que d’autres facteurs peuvent avoir des effets sur vos résultats, tels que le temps, les pays, les saisons, etc.
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Le meilleur Consent Manager pour entreprises et organisations

250,000 sites web nous ont déjà confié leur mise en conformité RGPD